Accéder au contenu principal Accéder au menu principal Accéder à la barre de recherche Accéder au bas de page

Jasper Morrison

designers-jasper-morrison-flos-header-desk-00

Quand avez-vous compris que vous vouliez être designer ?

J’ai commencé à m’intéresser au design vers 16 ou 17 ans. J’ai ensuite vu une exposition d’Eileen Gray qui m’a convaincu que c’était ce que je voulais faire.


Qu’est-ce que la lumière artificielle pour vous ?

Dans le meilleur des cas, je pense que c’est une chaleureuse combinaison de spots de sol et de plafond ainsi que de lampadaires et de lampes de table.


Pourquoi aimez-vous travailler avec Flos ?

Flos a toujours été l’entreprise pour laquelle je voulais travailler. Elle foisonnait de beaux projets, signés par Castiglioni et par d’autres. Puis quand Piero Gandini est arrivé et qu’il a commencé à conjuguer une approche classique avec quelque chose de plus explosif, la marque est devenue encore plus séduisante.


Quel est le prochain objet que vous aimeriez créer ?

Je n’y pense jamais, la plupart de mes projets arrive par hasard. Je dois seulement être prêt à les saisir quand ils se présentent.

designers-jasper-morrison-flos-01
Glo-Ball Table et Basic
designers-jasper-morrison-flos-05
ph. Kento Mori
designers-jasper-morrison-flos-03
J. Morrison avec Superloon

Existe-t-il un grand designer, artiste ou musicien que vous considérez comme une référence dans votre travail ?

Il y en a trop ! Mais je dirais surtout Brancusi, Castiglioni, Enzo Mari, Dieter Rams, Sori Yanagi, Eileen Gray, Borg Mogenson….


Quel genre d’objets aimez-vous utiliser à la maison ? Anciens, nouveaux, achetés, trouvés ?

J’aime mélanger nombre de mes créations avec des objets anciens, nouveaux, achetés et trouvés. J’achète beaucoup de meubles danois.


Quel est votre plus beau souvenir avec votre ami James Irvine ?

L’un de mes plus beaux souvenirs avec lui remonte au début des années 90. Nous nous rendions chez Cappellini. C’était tôt le matin et nous nous étions arrêtés au Bar Basso pour boire un café. Alors que nous étions au comptoir, un élégant homme d’affaires italien est entré et a commandé un Dry Martini. Il l’a bu d’un trait et est sorti. Nous n’avons jamais su où il allait mais nous avons ri aux larmes en imaginant dans quel pétrin il s’était fourré.

designers-jasper-morrison-flos-06
ph. © Elena Mahugo
designers-jasper-morrison-flos-09
Smithfield Suspension, ph. Zoë Ghertner
designers-jasper-morrison-flos-07
Superloon, 2015

By Jasper Morrison

1-3 sur
Glo-Ball Basic by Jasper Morrison, 1998
Glo-Ball Table by Jasper Morrison, 1998
Glo-Ball Floor by Jasper Morrison, 1998
Glo-Ball Suspension by Jasper Morrison, 1998
Glo-Ball Ceiling by Jasper Morrison, 1999
Superloon by Jasper Morrison, 2015
Smithfield Ceiling by Jasper Morrison, 2009
Smithfield Suspension by Jasper Morrison, 2009